Aline, suite à des tris, m'a très gentiment envoyé "Je l'aimais", sachant que j'aimais bien la plume de Anna Gavalda

Je l'ai lu en très peu de temps (2H ?)

41mNk3HwC8L

 

"Parce que sa belle-fille est malheureuse*, Pierre Dippel, soixante-cinq ans, décide de l'emmener à la campagne. Parce qu'elle ne se nourrit plus, il décide de faire la cuisine. Parce qu'elle n'arrête pas de pleurer, il va chercher du bon vin à la cave. Et malgré tout ça, malgré le bordeaux et le bœuf carottes, elle continue de gémir, il décide d'aller se coucher. Et puis finalement, non. Il revient. Il s'assoit à côté d'elle et se met à parler. Pour la première fois, il parle. De lui. De sa vie. Ou plutôt de ce qu'il n'a pas vécu. Cette histoire est donc la confession d'un homme dans une cuisine. ça n'a l'air de rien et pourtant, comme toujours avec Gavalda, tout est dit. Tout est là. Nos doutes, notre ironie et notre tendresse, le tapage de nos souvenirs et "la vie comme elle va"...

* son mari les a laissé tomber, elle et leurs deux filles pour une femme plus jeune

Ce livre est très bien écrit. Les phrases sont courtes et traduisent de façon juste l'émotion du moment présent de la personne qui parle, le beau-père très souvent, la belle-fille qui se livre beaucoup moins ; les dialogues sont vivants ; on ne s'ennuie pas une seconde.