La Dame du Falgueyret

06 mars 2021

Et... Ici...

IMG_1916

IMG_1918

Les muscaris sont un peu éparpillés cette année... Mais ils font toujours notre bonheur...

IMG_1920

 

IMG_1921Le lilas nous montre ses petites feuilles

IMG_1919

Le rosier sort de sa torpeur

IMG_1922

 

Posté par Le Falgueyret à 21:39 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Sur la route du ravitaillement

IMG_1909

IMG_1910

 

Pas de doute ! le printemps est en chemin ; les arbres fleurissent, la nature verdit, le temps s'adoucit, le soleil chauffe même si, certains jours, le  vent sévit amenant du froid.

IMG_1911

IMG_1912

IMG_1913

IMG_1914

IMG_1915

Posté par Le Falgueyret à 21:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lecture

IMG_1923

Résumé :

"Ma famille désapprouve ce mariage. Les artistes sont frivoles, les musiciens sont infréquentables, mènent une vie dispersée et scandaleuse. Mais à qui d'autre puis-je me vouer, moi, pauvre créature souffreteuse ? Ils ne connaissent pas mon petit Wolfi. Ils ne connaissent pas sa douceur, sa pétulance, la grâce des airs divins qu'il me dédie. Oui, je veux joindre mon nom à celui de Wolfgang Amadeus.


Isabelle Duquesnoy est née en 1960 à Paris. Diplômée d'histoire de l'art, elle est considérée comme une spécialiste du couple Mozart. Les Confessions de Constanze Mozart est son premier roman.


" Tout est restitué dans le contexte historique. On se prend à regretter que ce journal ne fût authentique. "

Geneviève Geffray, conservateur en chef de la Fondation internationale Mozarteum, Salzbourg"

 

Résumé de Babelio :

Une jeune femme s’apprête pour son mariage. Demain, elle épouse un homme qu’on s’accorde à trouver petit, affligé d’une grosse tête, provoquant… Pour comble, c’est l’ancien fiancé de sa sœur. Il s’appelle Mozart. Wolfgang Amadeus. Qui est donc cette Constanze, qui devint la femme, puis la veuve du génie de la musique ? Elle dut apprendre à surmonter les complexes de son physique ingrat et taire sa jalousie pour garder son mari. Elle étouffa son exceptionnel talent de chanteuse pour concevoir des enfants, distribua des sourires à la Cour, goûta l’ivresse des belles manières, de la bière, de la gloire et de l’argent. Puis elle affronta les commérages, les trahisons, l’indigence et la séparation de la mort . Ecrit sous forme de confession, cet ouvrage révèle la destinée d’une jeune femme incomprise et calomniée depuis plus de deux cents ans. Une héroïne romantique et réfléchie, qui rencontra Casanova, Beethoven, et parlait couramment trois langues ... Voici les pensées, les doutes, les joies de celle que Mozart aimait. Et pour la première fois, voici son triomphe.

Mon ressenti

C'est un livre très intéressant car extrêmement bien documenté (références, notes, annexes se trouvent en fin de livre) ,  facile à lire puisque sous forme de journal. L'écriture est celle d'alors et malgré ce qui nous est dit dans l'avant-propos, on est supris au début par le langage "à connotation scatologique", un langage cru que l'on dirait maintenant inconvenant. C'est une époque où l'hygiène fait défaut....

Cet ouvrage  me fait apprécier le personnage de Mozart, mis à mal, il faut le dire, par le film "Amadeus". Monsieur et Madame Mozart forment un beau couple, uni.

Quelques phrases (des Editions Points)

p.37 : "Seul mon cher journal, mon confesseur de papier, m'offre l'oubli de ma condition et je ne puis m'en séparer. Même dans le cabinet d'aisances, je prie désormais tous les saints que ma mère ne veuille réduire mes bouts de chandelles, me laissant ainsi tout le temps de griffonner quelques lignes. Mais l'endroit est sombre et s'il n'est pas aisé d'y voir ma crotte, il ne l'est guère plus de relire des écrits."

p.69 "S'il pouvait m'aimer demain la moitié de ce que je l'aime, alors toute mon âme résonnerait au son de sa musique."

p.205 : "Mademoiselle Laideron donne une académie au théâtre et Wolfgang a promis de jour avc elle. Comment fait-il donc pour supporter ainsi ses relents d'aisselles et son haleine aux dents gâtées ?"

p.281 : "Mon coeur saigne encore à la pensée de notre petit Raimund, mais son esprit me porte dans ses bras. Combien de temps faut-il, pour que se dressent au dos des petits anges leurs ailes veloutées ?"

p.551 : " Mon très cher excellent petit homme ! Je ne puis te dire comme le voyage, cette fois, me parut infini ; je n'eus pas d'autre compagnie que celle de Carl, endormi sur mes genoux, à couper le sang par le poids de sa tête. Mon Dieu, pour être si lourde, elle doit contenr toutes les sottises à venir, déjà commandées dans ses rêves ! Sabinde est bien arrivée et je dois te dire que ton idée me ravit, bien que sa brise de bouch' soit à faire fuir les chiens."

Posté par Le Falgueyret à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2021

Pre-Couture

J'ai reçu le patron aujourd'hui. Je remercie Les Bobines Patterns

... J'ai un tissu des Coupons de St Pierre, trop léger pour une robe. Ce sera donc un chemisier. Il n'y a plus qu'à...

D'abord reprendre ses mesures (on ne sait jamais !)

Ce que je voudrais faire avec ce chemisier : manches courtes et col mao... En fait, je verrai ce que je peux faire....

IMG_1908

Posté par Le Falgueyret à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2021

Laine

J'ai reçu ma commande de laine de La Droguerie ! Youpee !!!!

Commandée le 24 au soir je la reçois aujourd'hui le 27... J'aime cette rapidité.

Aussitôt choisie,  j'ai monté les 90 mailles pour le bonnet de bébé en 12 mois en couleur  "Matin d'Automne"

IMG_1907

 

L'autre a pour nom : "Bleu Porcelaine" et attendra....

Ce sont des laines d'Alpaga qui s'achètent au poids ou au mètre

Posté par Le Falgueyret à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Tricot

En fait c'est plutôt de la couture car j'ai enfin assemblé les parties des petits pulls pour poupées.

 

1°)  il ne manque que le scratch au dos. Je vais le refaire dans un autre coloris pour une poupée plus grande

2

 

2°) Deuxième pull pour très petit poupon mais très mauvaises explications qui font que le résultat est plutôt lamentable ; mais ce n'est qu'un vêtement de poupée donc je le laisse en service

1

 

Question tricot, outre le petit pull pour poupée plus grande, j'attends une commande passée à La Droguerie, de laine, pour réaliser un bonnet pour notre plus jeune petite-fille mais en 12 mois sur le même modèle que déjà fait, modèle tiré de "Un Amour de Bébé à La Droguerie" (p.69)

page

J'ai également un châle à faire....

Posté par Le Falgueyret à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2021

Beau temps

Les jours se suivent et ne se ressemblent guère. Aujourd'hui très beau temps... et chaud... toutes les fenêtres sont ouvertes....

Voici les trésors du jour :

page

 

lilas

 

Les lilas.... dont on peut presque voir la pousse....

page1

Les arbres qui, à défaut de feuilles, se parent de coton...

Et l'eau chantante... ou calme

eau

page

 

Posté par Le Falgueyret à 15:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 février 2021

Lecture

tout

Résumé sur Babelio :

"Fais la paix avec ton passé. Ton avenir en dépend.
Erika Blair a tout pour être heureuse : une carrière au sommet et deux filles magnifiques. Sa vie sombre brutalement lorsque l'aînée, Kristen, meurt dans un accident. Entre culpabilité dévorante et déni obstiné, Erika et sa fille cadette, Annie, s'éloignent peu à peu, chacune prisonnière de son propre chagrin. Erika reçoit un jour un mail anonyme : "Chasse ce qui te pèse et cherche ce qui t'apaise." Elle reconnaît cette citation, tirée d'un cahier qu'elle a préparé avec amour pour ses filles, dans lequel elle a consigné les sages paroles de sa mère et de sa grand-mère. Qui peut bien lui avoir envoyé ce message et ceux qui suivront ? Des indices, semés entre les lignes, orientent Erika vers l'île de son enfance, Mackinac. Ce n'est qu'en remontant là-bas le fil de son passé torturé qu'elle pourra retrouver le chemin vers ses filles."

.........................................................................................................

En principe je n'aime pas les romans "feel good" ; j'ai cependant lu celui-ci le trouvant agréable. L'auteur ne donne pas de leçon. Elle y parle de deuil, de relations familiales, de non-dits, du pardon.... Jusqu'au bout on espère....

Posté par Le Falgueyret à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le printemps approche

jonquilles

Les jonquilles sont en fleur

Les tulipes sortent de terre

IMG_1860

 

Les lilas bourgeonnent

IMG_1861

 

Lutèce profite de l'herbe toute douce après la tonte pour faire sa gymnastique

Lutèce 1

Puis elle prend un air modeste devant l'appareil-photos

Lutèce 2

 

Posté par Le Falgueyret à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2021

Lecture

M

Résumé :

"Hong Kong. Entre ses rues frénétiques et ses néons insomniaques, la ville dresse ses gratte-ciel. D'immenses aquariums technologiques où se décide le futur de l'humanité. C'est là, dans l'atmosphère poisseuse de l'été tropical, qu'une Française, Moïra, intègre la firme Ming, concentré d'intelligence artificielle censé devancer nos désirs. Mais pour la jeune femme, l'utopie vire au cauchemar. Derrière les murs du centre ultrasecret, des employées sont retrouvées mortes, violées, torturées. Que cherche vraiment l'empire Ming ? Bienvenue chez M... Au bord de l'abîme."

                                  .......................................

Ce livre a demandé une grande documentation à l'auteur. Quel travail !

J'ai trouvé les sujets très intéressants : le dépaysement total avec Hong Kong, le sujet principal : l'IA (= Intelligence Artificielle) sans compter bien sûr la chasse à l'assassin... les décors, les paysages, la météo participent aussi à l'angoissante atmosphère...

Ce livre comporte deux ou trois mots que je ne connais pas mais que je n'ai pas notés... Dans le contexte, cela se comprenait et je n'avais pas de dictionnaire à portée de main.

Il y a aussi des surprises liées aux habitudes des hong kongais comme p.169 : "(...) la paille plongée dans un grand verre de yuenyeung, du thé mélangé à du café."

                                                 ..............................................................

..

Le roman commence par un avertissement :

 "Toutes les technologies décrites dans ce roman existent ou sont en cours de développement. Les applications et dispositifs que vous découvrirez ici sont déjà mis en oeuvre dans de nombreux pays, presque identiques dans la réalité à  ceux de cette histoire. Car elle ne se passe pas dans le futur : elle se passe aujourd'hui."

 

Extraits :

p.48 : "(...)il é tait en revanche persuadé (...) que, dans moins de dix ans, les machines seraient capables de lire , de voir, de sentir, de déchiffrer nos émotions, de reconnaître visages, objets, sons, de rassembler assez d'informations sur chaque habitant de cette planète, sur ses habitudes de consommation, ses goûts, son comportement, son profil psychologique, ses besoins, son niveau d'intelligence, son patrimoine génétique, ses penchants sexuels, ses idées politiques, son passé professionnel et judiciaire, pour le connaître mieux qu'il ne se connaissait lui-même, voire anticiper sur chacune de ses réactions, chacun de ses actes, et prendre à sa place les décisions les plus importantes de sa vie."

p.72 : "En réalité, le plus grand spéculateur immobilier de la planète s'appelle le gouvernement de Hong Kong -le plus riche après la Suisse- et les banques de Hong Kong."

p.147 : "Chan rêve d'exploits pareils à celui-ci. Il y a tant de branches pourries. Et si peu de héros."

p.272 : "(...)  vous ne voyez donc pas ce qu’est en train de devenir le monde ? Le monde que nous fabriquons ? Mais ouvre les yeux ! Tu ne vois donc pas ce qu’ils nous préparent avec leurs fermes de calcul, leurs algorithmes et leurs applications ? Un monde où tout un chacun est sous le regard des autres tout le temps, jugé pour le moindre de ses faits et gestes par une armée de petits censeurs, de petits procureurs et de petits dictateurs planqués derrière leurs ordinateurs ! Un monde où si tu émets la moindre opinion divergente tu te fais insulter et tu reçois des menaces de mort. Un monde où les gens se haïssent pour un mot prononcé, pour le quart d’une idée, où il faut tout le temps aux foules des boucs émissaires à brûler et à détester. Où des gosses en poussent d’autres au suicide sur les réseaux sociaux pendant que leurs parents appellent au meurtre, à la haine et à la destruction sur ces mêmes réseaux. C’est ça, le monde dans lequel tu veux vivre ? celui que tu veux pour tes enfants ? Parce que c'est ça, le monde que nous sommes en train de leur construire..."

 p. ? : " Les optimistes pensent que le monde qui vient sera un monde meilleur grâce à la technologie. Un monde sans guerres, sans meurtres, sans viols, sans faim, sans pauvreté, sans exploitation, sans injustices. Un monde où ce ne seront plus les humains, leurs cerveaux reptiliens, leurs instincts animaux, leurs ego infantiles, qui prendront les décisions, mais des applications et des inventions plus sages qu'eux. Mais ce qui s'exprime de plus en plus sur Internet au fil des ans, c'est la jalousie, la colère, l'étroitesse d'esprit, la violence, le chaos et le sectarisme. Autour de quelques îlots de réflexion et de sagesse, un océan de haine et d'intolérance. Cette maudite invention détruit un par un tous les fondements de nos civilisations. Le ciment de nos sociétés."

p.336 : "c'était l'un des problèmes quand on accédait à ce niveau de pouvoir et de richesse : on n'osait vous dire la vérité en face, vous vous retrouviez isolé, vous n'entendiez plus que ce que vous aviez envie d'entendre. Il ne voulait pas qu'on lui passe de la pommade, il voulait qu'on lui dise ses quatre vérités."

 

Ce qui est sûr c'est que je ne veux pas d'un tel monde. L'Intelligence Artificielle doit être très amusante à exploiter pour qui conçoit ces robots de toute sorte, mais leur utilisation dans  nos vies devrait rester limitée.... Ce livre est plutôt une mise en garde....

 

 

Posté par Le Falgueyret à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]