La Dame du Falgueyret

15 juin 2019

007

009

1

002

003

004

005

Posté par Le Falgueyret à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Cinéma

Baby qui l'avait vu mardi dernier, ma emmenée au cinéma voir LOURDES. C'est un lieu que je n'aime pas du tout mais qui nous est montré sous un autre jour ; c'est un documentaire émouvant, sur la condition humaine,  filmé avec retenue et pudeur... Une merveille !

Lourdes

 



 

Posté par Le Falgueyret à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2019

Lecture

713LsQ9KiqL

 

Quand on aime on ne compte pas, n'est-ce pas ? Donc encore un livre de Karine GIEBEL

Ce livre m’a plu mais ce n’est pas le meilleur de l’auteur à mon avis.

C’est l’histoire de Jeanne qui travaille dans la police. Elle a une vie monotone, sans relief ; timorée, extrêmement timide, vivant avec sa mère, elle prend toujours le même train à la même heure. Sur ces trajets, un homme la repère et lui écrit pratiquement tous les jours. Mais c’est un tueur... qui lui écrit des lettres d’amour. La tempête va se faire dans la tête de la jeune-femme ; sa conscience lui dit de le dénoncer et son autre «elle» subjuguée par ses mots veut partir avec lui.... Dilemne.... Que va-t-elle faire ? Pourquoi cet homme tue-t-il ?

Pour ceux qui connaissent Marseille et ses environs, ce livre a aussi un intérêt car les trajets, les lieux, sont décrits....

 

p.12 : «Un courant d’air s’invitait par la seule fenêtre, apportant avec lui les bruits de la ville ; moteurs en surchauffe dans les embouteillages, concert de klaxons, le sport national à Marseille ; avec le foot, bien sûr !»

p.23 : «C’est pas parce qu’on nen pleure pas qu’on ne souffre pas.»

p.81 : «La mer est vraiment belle ce soir. Parée de millions de diamants ambrés, cadeau de rupture du soleil.»

p.86 : «-Putain de merde ! Y pouvait ps aller tuer ailleurs ? Y a trente-six mille communes en France et c’est Marseille qu’il a choisie, ce gros con !»

p.98 : «En levant la tête, elle tomba sous le charme d’un ciel bleu tendre. Une de ces couleurs qu’on ne voit nulle part ailleurs. Comme si l’écume blanche de la mer venait s’y mêler pour l’adoucir. Une de ces couleurs qui allègent le coeur, donnent envie de faire l’école buissonnière.»

p.106 : «Tout ça, sous le regard bienveillant de la Bonne-Mère, juchée en haut de son piédestal. Marseille, immense, chamarrée, cosmopolite. Généreuse. Exubérante et indisciplinée. Un caractère bien trempé, des saveurs particulières entre mer et collines provençales. Selon son humeur, on pouvait s’y perdre ou s’y retrouver. Mais toujours s’y attacher.»

Posté par Le Falgueyret à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2019

Pluie, vent, soleil, nuages...  Tout y passe ces jours-ci ou presque...

Cela ne nous empêche pas de sortir....

Voici quelques photos prises aujourd'hui

Il est faible mais on l'aperçoit cet arc-en-ciel !

006

001

002

003

004

005

007

008

009

010

Posté par Le Falgueyret à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cerises

Bernard et Gilette nous ont cueilli et offert un panier de délicieuses cerises

012

Posté par Le Falgueyret à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Peinture sur Porcelaine

1er d'une petite série de 4

011

Posté par Le Falgueyret à 21:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le français !

Je parcourais le magazine de l'Espace Culturel du Leclerc lorsque j'ai vu ce mot... 

013

 

Je suis de la vieille école et je dis et j'écris toujours "l'auteur" qu'il soit masculin ou féminin... J'avais déjà lu "l'auteure" mais alors là "l'autrice", c'est bien la première fois... et cela déplaît fortement à mon oreille !

 

Posté par Le Falgueyret à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Lecture

de force

 

Et oui, encore le même auteur ! quand on aime....

Là encore je n'ai pas été déçue. Au contraire je n'ai pas pu quitter ce livre...

Toujours un style d'écriture que j'aime beaucoup... Assez lent au commencement;, le rythme s'accélère vers la fin, nous étonnant encore avec le  dénouement...

Mais je n'en dirai pas plus.

J'ai relevé quelques phrases que j'avais particuièrement appréciées :

p.10 : «Le ciel est si bas que les cheminées s’y oublient.»

p.11 : «Car pour construire quelques chose, il faut des fondations solides. Des racines saines.»

p.81 : «Luc soupire. Il a l’impression de causer à un volatile qui aurait troqué ses plumes contre des poils.»

p.253 : «Le jeune homme est plongé dans la lecture d’un magazine de voyages. Couverture glacée et alléchante. Destinations aussi lointaines que paradisiaques. Plages de sable blanc, cocotiers ou neiges éternelles.
Des photos qui cachent à merveille l’envers du décor.
Les décharges sauvages, les enfants qui marchent pieds nus dans la fange. Les femmes obligées de se prostituer ou, dans le meilleur des cas, de nettoyer la merde des touristes.»

p.256 : «Le visage de Reynier change de couleur. L’Etna, juste avant l’éruption.»

Résumé officiel : "Maud Reynier, fille unique d'un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n'a qu'une obsession : finir le travail... tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s'obstine à ne pas vouloir prévenir la police. 
La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d'un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine. 
L'ensemble s'accorde, fortissimo, et soudain : quelques fausses notes... 
Le temps de l'impunité est révolu.
Le temps des souffrances est venu."

 

 

Posté par Le Falgueyret à 19:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2019

Envie récurrente

images (46)

Posté par Le Falgueyret à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juin 2019

Humour

62369978_2327056337613556_7630202120821538816_n

 

téléchargement (29)

Posté par Le Falgueyret à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]